Hypathie

AU NOM D’HYPATIE

 

 

Une tablette sumérienne « Enki et Ninhursag », antérieure de 1500 ans à l’écriture hébraïque, traduite par l’assyriologue le professeur Attinger de l’Université de Berne, prouve que le rédacteur du Livre de la Genèse a plagié ce texte et l’a modifié pour se venger des femmes !

Après le meurtre d’Hypatie (Vème siècle) le monde romano-chrétien puis l’occident chrétien ne connurent plus aucune femme philosophe jusqu’à Marie Curie (XXème siècle) soit une période de quinze siècles !!!

Si selon le poète Louis Aragon, dans Le Fou d’Elsa (publié en 1963), « L’avenir de l’homme est la femme », ce dernier n’en n’est pas totalement convaincu, car, tout au long de l’histoire, elles furent par lui bafouées, humiliées, cloitrées, terrorisées, traitées d’êtres impurs, longtemps privées de droits civiques, torturées, violées, assassinées…et tout cela à cause d’une animalité dominante excusée religieusement par une mythologie falsifiée au nom d’un couple EVE /ADAM qui n’a jamais existé !

Pour le très Saint Paul, la femme est un être acéphale !

Accablées de tous les maux et insultées dans leur dignité, elles furent des milliers à avoir tenté de faire avancer leurs droits dans le monde et milité pour l’égalité entre les sexes.

Qui se souvient d’Olympe de Gouges, pionnière du féminisme français, qui publia en 1791 « la Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne » : « La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits« 

Elle eut l’audace de proclamer à une tribune : «La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune.». Mal lui en prit car elle fut guillotinée sur ordre de Robespierre le 3 novembre 1793 pour accointance avec les Girondins.

Homme, souviens-toi que tu n’est qu’un singe !

 

 

Tagged: